Dans la cabine

Menu
Parque del Amor- Pull Topshop 66$, Short Wilfred (Aritzia) 130$, Sandale HandmadeinItaly 275$

C’pas le Pérou, sauf que…

La semaine dernière, une femme m’a dit que les voyages formaient la jeunesse. J’ai ri en me remémorant le proverbe suisse « on ne gagne pas beaucoup à courir le monde ». Puis, j’ai revu défiler Don’t date a girl who travels , l’article farfelu qui avait inondé les fils d’actualité Facebook. J’ai inévitablement pensé à sa réplique Date a grils who travels, ainsi qu’à une panoplie de débats à propos des voyages à l’étranger. Au fil des pensées, j’ai revu ma mère au bord des larmes, me rappelant la chance que j’avais, la chance de vivre dans une société qui milite en faveur du tourisme, la chance de pouvoir financer mes propres voyages, mais surtout, la chance d’avoir eu des parents qui m’ont laissé partir lorsque j’étais encore pré-ado. Le 28 mars dernier, j’appelais ma maman-d’amour de l’aéroport (un rituel bien ancré) pour l’embrasser avant de prendre mon vol. Ma première expérience en Amérique du Sud était sur le point de décoller et j’avais douze mini-jours pour découvrir le Pérou. L’incontournable Machu Picchu, le paradis marin de Paracas, les panoramiques incroyables de la Vallée Sacrée, la charmante ville de Cuzco, l’oasis de Huacachina et son désert, le pont suspendu de Q’eswachaka et la capitale de Lima se faisaient attendre de l’autre coté de l’océan. En moins de deux semaines, j’ai sandsurfé les dunes de Huacachina, retrouvé mon cœur d’enfant aux Islas Ballestas, mangé un cochon d’Inde à Cusco et escaladé Huayna Picchu. J’ai également dansé sur le dernier pont en corde inca à Q’eswachaka, rencontré des indigènes vêtus de costumes traditionnels, joué du tambourin à bord du légendaire Hiram Bingham et englouti des glaces au district de Miraflores. Côté shopping, le Pérou gagnera à se développer puisque les jolies boutiques se font rares.

Les incontournables ?

+ Maria Project, une gamme de vêtements pour femmes fabriquer au Pérou

+ Les motifs incas

+ Cocoliso, un concept café-boutique (eco-friendly) adorable. Les proprios font appel à des artistes locaux pour la fabrication de leurs marchandises.

+ Kuna, une chaîne de vêtements reconnue à travers le pays. Idéale pour les pièces en alpaga.

Pour les adeptes de mode, les marchés demeurent des petits bijoux puisqu’il est possible d’y trouver des objets uniques et peu couteux. Sinon, en cas de découragement, les centres commerciaux sont assez nombreux, cependant, entre vous et moi, magasiner des paysages à couper le souffle demeure plus intéressant qu’arpentez les boutiques! For more pictures @skullsnfeathers (Instagram)

10/04/2014 par : Nathalie

Articles récents

Nathalie Roberge
Nathalie Roberge Fondatrice et éditrice du blogue danslacabine.com, styliste personnelle et télé, chroniqueuse mode pour La Presse +